Retour à l'aperçu

L'automobile du futur sera connectée, écolo, autonome

Suivant

La Google Car a déjà parcouru plus de 1 million de kilomètres. Après le Royaume-Uni, la France va autoriser les essais de voitures sans conducteur en 2015. Loin d'être une utopie, les voitures autonomes pourraient être commercialisées dès 2020 en Europe. Mais la voiture du futur ne sera pas seulement connectée et autonome, elle deviendra aussi écologique, plus sobre et plus sûre... en principe. Tour d'horizon de ces innovations qui ne sont plus du tout de la science-fiction.

Se pilote-t-elle toute seule ?

Le gouvernement britannique a autorisé fin juillet 2014 les essais de voitures sans conducteur sur la voie publique, pour une période de dix-huit à trente-six mois. Guidée par un système de capteurs et de caméras, la voiture sans conducteur ne sera donc plus cantonnée à des essais sur des chaussées privées.

Le gouvernement français voudrait autoriser de tels tests routiers à partir de 2015.
« La France sera reconnue comme une terre d'expérimentations du véhicule autonome, un centre d'excellence de l'intelligence embarquée et un leader en sécurité des systèmes complexes », assure un document du ministère de l'Économie.
« Plus que la faisabilité technique, c'est la résolution des problèmes de législation et de responsabilité qui va prendre un petit peu de temps », souligne d'ailleurs le double dirigeant. Les constructeurs travaillent donc d'abord sur des véhicules pouvant démarrer seuls, s'arrêter, tourner dans les embouteillages, aller se garer, mais à condition que le conducteur puisse reprendre la main à tout moment. D'ici à 2016, Nissan compte lancer ainsi des nouvelles technologies qui permettront de mettre son véhicule en pilotage automatique dans les bouchons. En 2018, la voiture pourra elle-même changer de file et gérer les imprévus. Enfin, à l'horizon 2020, elle sera capable d'aborder les intersections et carrefours sans intervention humaine.

La voiture connectée

La voiture connectée, c'est en tout cas une bonne affaire. Il s'agit en effet d'un énorme marché évalué à 37 milliards d'euros au cours de la prochaine décennie ! Des fabricants de semi-conducteurs comme Infineon ou des géants technologiques comme Google sont d'ailleurs très impliqués dans les voitures « intelligentes » : 10% à peine des véhicules sont aujourd'hui dotés de « systèmes connectés » - fort primaires par rapport à ce que l'on verra dans les cinq ans à venir. Or, cette proportion devrait passer à plus de 90% d'ici à 2020, selon le groupe britannique de consultants Machina Research. Et ce, avec une sophistication autrement plus complexe, donc à un coût bien supérieur.

Écolo, frugale et... incommode ?

La bataille contre le C02 va diminuer drastiquement les consommations et donc les rejets de gaz à effet de serre des véhicules. À la clé, des moteurs beaucoup plus petits et légers à très haut rendement. Avec un risque réel pour l'agrément de conduite et la longévité ! Parallèlement, de nouvelles normes vont s'attaquer davantage aux diesels.

Le poids est le premier facteur de consommation de carburant, donc d'émissions de CO2. Le gros des efforts portera sur les motorisations thermiques à essence et diesel existantes. « En 2020, au moins 80% des véhicules seront encore thermiques, assure Gilles le Borgne, contre moins de 5% pour les électriques et 10 à 15% pour les hybrides ou hybrides rechargeables. »

Le mouvement est déjà largement entamé, avec des moteurs de plus en plus petits et d'une cylindrée réduite compensée par une extrême sophistication et un fonctionnement à des régimes élevés, comme sur les minuscules trois cylindres largement popularisés ces derniers temps sur les Ford, Renault, Peugeot, Citroën. Les voitures seront du coup plus légères avec des moteurs de cylindrée réduite et avec une dose variable d'électrification (hybridation).

La voiture du futur sera donc beaucoup plus sobre et rejettera nettement moins de CO2, les deux étant corrélés.

Source : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/20141002trib3fe35c595/l-automobile-du-futur-sera-connectee-ecolo-autonome.html