Retour à l'aperçu

Une meilleure lumière pour les voitures

Suivant

Ces derniers temps, les constructeurs automobiles ont développé des systèmes de changement automatique des grands phares. Ils ont déjà beaucoup amélioré l’éclairage avant, tout d’abord avec l’allumage automatique à la première obscurité puis avec le xénon et les feux actifs. Dans un avenir proche, on verra arriver des phares adaptatifs LED très sophistiqués.

Éclairer la route est essentiel pour la conduite de nuit. Les phares sont aussi indispensables par temps de pluie, de brouillard ou de neige. Les constructeurs ont sérieusement planché sur l’éclairage depuis les années 90. Il y a tout d’abord eu les feux au xénon qui diffusent une lumière plus naturelle. Elle est aussi plus efficace à condition de les jumeler à un réglage automatique de la hauteur du faisceau projeté. De nombreux modèles proposent maintenant un éclairage de virage soit en allumant le feu antibrouillard avant du côté vers lequel tourne le volant ou carrément avec un système de phares directionnels qui suivent le mouvement. Des systèmes devenus courants au début de notre siècle. Pourtant, l’avenir est déjà au LED et au laser.

Éclairage pour voitures

L’éclairage dynamique

Les constructeurs vont plus loin encore. Notamment pour améliorer la sécurité en conduite de nuit. Lorsque l’on apprend à conduire, il y a le chapitre sur les changements entre les feux de croisement et les grands phares. Une technique pas toujours bien maîtrisée. On oublie par distraction ou par négligence, on hésite ou on préfère rester en feux de croisement à l’approche d’une zone mieux éclairée. Avec parfois un risque pour la sécurité. Soit on ne voit pas un obstacle, soit on éblouit un autre usager. BMW - très vite suivi par Audi, Mercedes et d’autres concurrents - a lancé récemment le passage automatique des feux de croisement aux feux de route et inversement sans aucune action du conducteur.

Éclairage pour voitures

Changement automatique

La technologie « Glare-free High Beam Assistant » que l’on peut traduire par « Assistant feux de routes anti-éblouissement » utilise une caméra cachée dans le support du rétroviseur central. Elle détecte la lumière des autres véhicules. Aussi bien les phares avant que les feux arrière. À l’approche d’un autre usager, l’intensité des feux diminue pour ne pas l’éblouir. La caméra perçoit aussi l’éclairage public pour ne pas rouler avec les grands phares en ville et sur les portions illuminées. La transition entre feux de croisement et feux de route est plus fluide que par un passage manuel. Pourquoi ? Tout simplement parce que le faisceau s’adapte en douceur en s’abaissant et en diminuant d’intensité. Et vice-versa.

Ce système est très efficace car il permet d’éclairer plus longtemps les abords des routes. Et les autres conducteurs ne sont pas éblouis. Lors d’un essai routier avec ce système, on se rend compte que la plupart des automobilistes, sans ce système automatique, changent leurs phares trop tard.

Le savais-tu ?

Que les usagers faibles sans vêtements réfléchissants sont invisibles jusqu’au dernier moment !

En savoir plus >

Repérer le danger

Pour apercevoir à temps un piéton, un cycliste ou un animal sauvage sur la route, il existe la vision nocturne via caméra infrarouge. Mais dans les faits, ce n’est pas très ergonomique et distrayant. Il faut détourner son regard de la route vers un écran. Les ingénieurs allemands ont alors imaginé un système d’éclairage ponctuel. La technologie « Dynamic Light Spot » focalise l’éclairage. Explications : un calculateur dans la voiture est capable de deviner la présence de piétons. À ce moment-là, un dispositif d’éclairage ponctuel oriente automatiquement un faisceau lumineux sur les piétons. Un réel plus pour la sécurité.

Éclairage pour voitures

Vive les LED

BMW a développé un système de phares entièrement LED (à diodes électroluminescentes) pour la Série 6. L’avantage est que les LED consomment moins d’énergie que les « bons vieux » phares halogènes et ceux au xénon. Maintenant c’est Opel qui fait un grand pas en avant avec une technologie « intelligente » en pleine phase de développement. Le constructeur proposera bientôt des phares avec LED montés en matrice. Chaque élément est, en quelque sorte, indépendant des autres. Il est ainsi possible de créer des faisceaux aux formes variées. Et même de façonner des zones « noires ». Il n’y a plus vraiment de feux de croisement ou de feux de route. La voiture utilise toujours le même faisceau. Celui-ci, comme avec l’assistant grands phares, s’adapte en permanence.

Comment ça marche ? Tout d’abord, l’éclairage matriciel fonctionne en association avec la caméra frontale implantée entre le pare-brise et le rétroviseur. Là, ses capteurs détectent les sources de lumière. Le système désactive totalement le faisceau sur cette zone. Mais le reste de la route est toujours éclairé au maximum. On n’éblouit pas les autres usagés, mais les obstacles à l’avant et sur les côtés restent parfaitement visibles. La zone « noire » évolue au fur et à mesure que l’on s’approche ou que l’on s’éloigne des sources lumineuses.

256 combinaisons

Pour que cela soit possible, il faut utiliser exclusivement des diodes. Chacun des deux projecteurs à matrices se compose de quatre segments de lumières avec à chaque fois quatre sources lumineuses distinctes. Elles peuvent être mises en service ou non. Dès lors, il y a seize combinaisons possibles par projecteur. Et comme chaque projecteur travaille indépendamment de l’autre, il existe ainsi 256 possibilités de réglages de faisceaux différents. Une adaptation qui se fait en temps réel et à grande vitesse. Le conducteur ne se rend donc compte de rien. Mais il profite toujours d’une route bien éclairée. Une fois que cette technologie sera proposée, la prochaine étape sera l’arrivée de l’éclairage laser. Toujours pour mieux éclairer. Et aussi pour utiliser moins d’énergie, et donc de carburant. À voir toutes les technologies actuellement disponibles ou prévues pour un futur proche, il est bien loin le temps des loupiotes des premières voitures. Les lampes halogènes, qui ont déjà permis de conduire plus facilement de nuit pendant plusieurs décennies, cèdent petit à petit leur place à des lampes moins énergivores, plus lumineuses et aux multiples possibilités. Y compris pour le design.

Donne ton avis